samedi 22 juillet 2017

Etre enceinte....part 2

Plus la grossesse avance et plus la question de l'accouchement se fait ressentir.

Les cours de préparation à l'accouchement sont faits pour t'aider à te préparer, comme si tu étais sportive de haut niveau et que tu devais jouer un match : le match de ta vie.
Pour ma part, je n'ai pas été trop emballée par ces cours que j'ai suivi dans l'établissement où j'ai accouché. Je n'étais pas renseignée avant et la solution de facilité a été de m'inscrire directement.

Je regrette de n'avoir pas eu une sage femme libérale afin d'avoir un suivi personnalisé et de ne pas avoir fait l'haptonomie car cela me plaisait bien comme concept. C'est une méthode de préparation à l'accouchement. L'enfant est accompagné, guidé et soutenu par son père et sa mère dans sa vie in utero, et après bien évidemment. Par le toucher notamment, la mère et le père vont pouvoir entrer en contact avec leur enfant. Ils vont pouvoir créer une relation affective, une communication avant même la naissance.

L'inconvénient lorsque l'on fait les exercices en groupe, c'est que l'on ose pas.
On vous apprend la respiration: on inspire en gonflant le ventre et on expire en rentrant le ventre....et bien je ne sais pas respirer....je fais exactement l'inverse! Et à toi de t'entraîner chez toi....
Lorsque j'ai accouché je ne savais pas trop comment faire, mais bon ça vient comme ça vient et avec l'aide de la sage femme (et l'envie que ça se finisse) on y arrive.

Le père peut participer aux séances de préparation à l'accouchement.
Pour moi il était normal que mon compagnon soit présent selon les cours, par exemple celui de l'accouchement, car il serait présent le Jour J, et c'est une aventure que nous vivons à 2. Alors certes très différemment, mais c'est aussi pour qu'il soit impliqué. Il était très impliqué depuis le début , mais ça me rassurait et je me disais : il n'y a pas que moi qui doit galérer ! lol

Ces cours de préparation m'ont fait me rendre compte que je voulais un accouchement le plus naturel possible, et surtout être active, et non pas laisser les choses se faire sans pouvoir intervenir : je voulais maîtriser pour mieux gérer la douleur et avoir moins peur.
Pas de péridurale ? Je me doutais bien qu'en n'étant pas Wonder Woman j'allais la demander le travail avançant. Mais je gardais tout de même espoir que les choses se passent vite et que je n'en aurais pas besoin...

En fin de grossesse c'est un peu le temps des expériences. On vous dit de prendre telle plante en infusion, de manger telle chose, de se masser le périnée....toute sorte de chose étrange. En plus les sages femmes se contredisent: une va dire que le périnée se travaille avant l'accouchement tandis que l'autre dira de le laisser tranquille. Je suis pour laisser le périnée tranquille. Déjà qu'après il faut le rééduquer et alors là, la galère continue... Peut-être vaut-il mieux le travailler en amont, c'est à chacun de faire son choix.

Pendant la grossesse, tu es (lorsque tout se passe bien) dans une bulle, comme si tu planais. Tu es apaisée intérieurement, heureuse de porter la vie.
Ce qui est un peu en contradiction avec les différents maux de la grossesse : pour moi cela a été les nausées du matin, quelques malaises, la peau bizarre, les cheveux rebelles : quand on est enceinte on a pas la peau de bébé, on dort quand même moins bien au fur et à mesure que le ventre grossit, on a des restrictions alimentaires, mais on se fout de tout ça : tant que bébé va bien on va bien.

2 commentaires:

  1. Je confirme : l haptonomie est vraiment une méthode d'accompagnement de la grossesse bienveillante et réellement plus riche et interactive que des séances de préparation traditionnelle... nous faisons les deux ! La première nous a permis de rencontrer notre tout petit dès ses premiers instants de vie (parce que oui leurs vies commencent bien dans nos ventre de mamans)... un lien tres fort s'est déjà crée grâce au pouvoir du "toucher affectif". Pour le papa ça a été une révélation et déjà de beaux échanges avec le bébé ! Nous formons avant même sa naissance une belle équipe à trois �� ! on va essayer de la maintenir pendant l'épreuve qui nous attends pour aider le petit bout de chou "à se faire naitre"... il paraît qu'il en a les capacités et que notre devoir de parents et "juste" de l'aider (en souffrant quand même un peu pour la maman, trop facile sinon ! ).

    RépondreSupprimer
  2. Très bel aperçu de cette méthode, ça donne vraiment envie!
    Et je pense que ça va t'aider et vous aider pour l'accouchement, tu vas l'accompagner et tu vas pouvoir profiter de ce moment là également même si la souffrance va pointer le bout de son nez!

    RépondreSupprimer

Fin d’année 2018

La fin d’année nous incite à appuyer sur « pause » et à faire la rétrospective de l’année écoulée. C’est l’occasion de se pencher sur so...