mercredi 6 septembre 2017

Bienvenue dans la vie de maman

Le retour de la maternité....bienvenue dans la vie de maman! On peut se l'imaginer mais tant qu'on n'y passe pas, on ne sait pas. Chaque enfant est différent et chacun a sa propre façon de réagir.

Le premier mot qui me vient est FATIGUE. Pour moi, le plus dur n'a pas été le début, mais la continuité dans le temps. Au début c'est tout nouveau, tout excitant, on tient ce petit être minuscule, la vie. Mais ce bébé, aussi beau soit-il, a des besoins et il faut savoir y répondre.


Les premières fois font toujours peur car on ne sait pas, on ne sait pas réagir fasse à des grosses crises de pleurs : les coliques ? La faim ? Mal autre part ? La poussée dentaire ? Fait-il de la fièvre ? Le premier rhume ? Il y a mille raisons de s'affoler. On veut bien faire mais du coup on doute : il ne faut pas laisser pleurer ? Mais c'est normal que le bébé pleure puisque c'est son seul mode de communication... Comment s'en sortir face à cette multitude d’information ?

On dit qu'il faut écouter notre instinct.... pas si facile cela non plus! Bref on l'aura compris c'est un peu plus compliqué et surtout il ne faut pas céder à la panique, c'est TOI l'adulte!!!!

Il faut le couvrir ? Les petits boutons sont normaux car la peau est encore sensible ? Tout le temps des remises en question. Au bout d'un moment on a pas d'autre choix que de se prendre par la main et d'avancer dans une direction, et on verra bien. J'ai lu que d'être des parents trop parfaits nuisaient au développement des enfants...OUF.

Mais bon, si on peut bien faire tout de même c'est mieux! Après, qu'est ce que "bien faire" signifie ? Pour certaines ce sera répondre aux moindres pleurs de leur enfant, pour d'autres leur apprendre la frustration...Je crois qu'il y a autant de manière d'élever son enfant qu'il y a d'enfant.
Et paradoxalement, même si on est bien entouré(e), on se sent seul(e). Seul(e) face à ces interrogations, angoisses, seule face à son rôle de mère ou de père qu'il faut apprivoiser.

Car oui, devenir mère, père, ça vous change. Ça vous change dans ce que vous êtes, dans vos tripes. Rien ne sera jamais comme avant, adieu l’insouciance de n'avoir que soit à s'occuper.
Là il faut être responsable, et même pour moi qui est toujours eu la tête sur les épaules, c'est autre chose. Ce petit être compte sur moi, c'est à moi de l'aider, de lui donner les clés pour être un adulte épanoui.

C'est le moment où l'on se rend compte aussi de l'importance ou non de certaines choses dans la vie : je me suis mise à réfléchir sur le sens de la vie, sur ce que je voulais pour mon enfant : être tous les jours bloqués des heures dans les embouteillages, à regarder sa montre et être salariée de personnes qui ne recherchent que leur profit ?

Et si il y avait une autre façon de voir les choses, la vie ? Et si la vision des enfants était la bonne ? Voir la vie en rose, est-ce une si mauvaise chose ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Fin d’année 2018

La fin d’année nous incite à appuyer sur « pause » et à faire la rétrospective de l’année écoulée. C’est l’occasion de se pencher sur so...